Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Ville Rouge, Michaël Matthys

par Juliane 10 Mars 2011, 13:13 travail

Michaël Matthys a vu naître son projet lors de balades dans les quartiers ouest de sa ville, Charleroi, en Belgique. Où il s'est retrouvé dans un dépotoir où l'ont pouvait voir que les hommes avaient vécu.

 

Matthys a réalisé sa bande déssinée "La Ville Rouge" en 2004. La Ville Rouge est donc en réalité la ville de Charleroi. Il créa son oeuvre au sang de boeuf, sang récolté dans les abattoirs de Gilly. Il rend ainsi hommage à sa ville d'enfance.
Promeneur solitaire, Michaël Matthys, nous entraîne dans un labyrinthe d'histoire où se melent différents visages et différents lieux. Il dépeint à travers la Ville Rouge un monde chaotique qu'il intensifie grâce à l'utilisation du sang de boeuf. Il distingue et élargie son champ de création avec sa façon peu traditionnelle de concevoir une bande dessinée. Le sang de boeuf permet à son oeuvre d'être incroyablement vivant car le sang peut évoluer au fil du temps, il peut noircir ou encore s'éclaircir, il réalise un vrai travail sur la matière et la lumière de la ville.

 

Michaël Matthys axe la totalité de son oeuvre sur les relations fortes qui unissent les habitants de Charleroi, dans les aspects positifs ou négatifs de leur ville, et donc de l'architecture qui les entourent. Il nous expose une ville mouvante capable de faire naître des idées et des projets.

 

Les planches de la bande déssinée de Michaël Matthys révèlent les rues, les industries, la gare etc.

L'auteur de cette bande dessinée filma tout d'abord ce qu'il voyait durant ses balades en n'ayant aucun cadrage spécifique et pouvant ainsi avoir un point de vue général de sa ville. Il choisissait ensuite les images "brutes" pour une découverte différente et inédite. Il nous montre ainsi une vue inconnue de son environnement.

 

 

ville_rouge_18.jpg

 

Nous pouvons donc voir sur cette photo, l'agressivité que rejettent les planches de Michaël Matthys. L'homme au centre de ce dessin nous montre combien le monde semble difficile, et peu joyeux. Quant à l'architecture, Matthys ne s'embarasse pas des détails. Il dessine et fait ressentir l'environnement hostile qui nous entoure. Et la solitude ressentie par les habitants de cette ville.

 

 

commentaires

Haut de page