Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

par Domenjoud Benjamin

La cité-jardin de Stains.

Les premières cités-jardins sont apparues au XIXeme siecle dans les faubourgs de Londres. Le concept d'utopie urbaine imaginé par Ebenezer Howard, la " Garden City ", avait pour ambition de prendre en charge la vie des ouvriers dans leur totalité, combler le manque de logements et réconcilier ville et campagne.

La Cité-jardin de Stains fut construite entre 1921 et 1933 par les architectes Eugène Gonnot et Georges Albenque, sur le parc de l'ancien château. Le projet est mené sous l'impulsion d'Henri Sellier, maire de Suresnes, conseiller général du département de la Seine, administrateur de l'Office public d'habitation bon marché du département de la Seine, ministre de la santé sous le gouvernement du Front populaire.Le concept de cité-jardin porte en son sein l’hygiénisme de l'époque tout en comportant des éléments, précurseurs, de développement durable. Ce vaste projet urbain, inscrit en 1976 à l'inventaire des sites pittoresques, propose un ensemble de bâtiments diversifiés : logements collectifs ; pavillons, à l'architecture soignée ; équipements et commerces. La Cité-jardin de Stains comporte plus de 1 600 logements, dont 472 en pavillons. Des espaces verts collectifs ainsi que des jardins à cultiver sont également proposés, à la disposition des habitants.

 Les architectes en ont conçu le plan d'ensemble par rapport au centre ancien de la ville. Le nouveau quartier est une sorte de toile d'araignée dont la voirie constitue les fils et la place Marcel-Pointet, le centre : de larges avenues, rectilignes, rayonnent autour de cette place. Les immeubles sont disposés le long de ces avenues, parfois en retrait.

Les rues, plus étroites, certaines curvilignes, sont bordées de pavillons, espacés les uns des autres. Un jardin d'ornement les sépare de la rue tandis qu'à l'arrière se déploie un jardin d'agrément où il est également possible de créer un potager. L'avenue Paul-Vaillant-Couturier est une artère commerçante, lieu d'affluence, réservant aux plus petites avenues et rues le côté résidentiel, moins passant. La hiérarchie entre les espaces est renforcée par l'implantation du végétal (arbres, haies, pelouses). Les alignements d'arbres le long des larges avenues renforcent les perspectives "monumentales" pénétrant vers le cœur de la cité. Des placettes ponctuent le paysage urbain, tandis que des chemins se faufilent entre les jardins pour atteindre les coeurs d'îlots : de grands espaces verts accessibles uniquement à pied et parfois affectés à des jardins familiaux pour les locataires des collectifs.

 

 

 

 

Haut de page