Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Centre Beaubourg

par Marie 30 Août 2009, 18:25 travail

PROGRAMME de TERM SPé

 

LE CENTRE POMPIDOU

 

Situé en plein centre du quartier des Halles, le centre Pompidou qui s’articule en un complexe de lieux relatifs à l’art et à la culture, apparaît, à première vue, comme un parc d’attraction jonché de toboggans.

 

Ce bâtiment qui semble à la pointe du modernisme est en fait le résultat d’un concours international d’architecture programmé en 1970 par le président de l’époque, Georges Pompidou. Bon nombre d’architectes ont présenté leurs œuvres, devant répondre à des critères précis : le bâtiment devait être un lieu d’enrichissement culturel, accessible à tous. Notons que les Halles constituent un point de raccord entre le centre de Paris et sa banlieue, copieusement desservit par différents réseaux de transports urbains.

Les lauréats du concours furent deux jeunes architectes, l’un, Renzo Piano, de nationalité italienne et l’autre, Richard Rogers, d’origine anglaise.

Le bâtiment en lui-même s’articule autour de plusieurs institutions culturelles. A l’heure actuelle, il comprend en effet un musée d’art contemporain, réparti sur deux étages, un cinéma, un lieu d’expositions temporaires, ainsi qu’une bibliothèque.

 

La BPI (Bibliothèque Publique d’Information) : Cette structure occupe une place majeure dans le bâtiment, s’étendant principalement en longueur. La conception de ce lieu est en parfaite harmonie avec le projet du centre, dans le sens où elle exprime physiquement la notion d’ouverture sur l’ensemble de la population parisienne. En effet, contrairement à un certain nombre de bibliothèques édifiées au cours des années 70/80, cette dernière repose sur une particularité aujourd’hui fondamentale : la présence de fenêtres et donc d’ouvertures. Cet aspect qui nous semble banal n’est pas si anodin à l’époque puisqu’il fait du lieu de lecture (et donc d’apprentissage) un lieu agréable. D’autant plus que les fenêtres donnent sur la ville entière, exposant un point de vue de Paris peu commun (depuis les Halles…).

Si les ouvertures constituent aujourd’hui un principe récurant dans nos bibliothèques modernes, l’utilisation de l’espace est en revanche pour le moins originales. Pas de couloirs ni de faux plafonds, la pièce rectangulaire semble brute. Cette impression est accrue par la présence des tuyaux volontairement laissés apparents, comme pour ne préserver que « l’indispensable ». Afin d’intensifier l‘aspect ludique du bâtiment, les architectes ont fait apparaître grâce aux trois couleurs primaires les différents usages propres à chaque tuyaux (bleu pour l’air, rouge pour les cas d’urgence…). Cette manière de décomposer l’architecture tend à rendre accessible à tous les aspects les plus compliqués de la société de telle sorte à ce que toute personne, quelle que soit son origine sociale, soit en mesure de comprendre. De la même manière, chaque aspect de la bibliothèques (presse, informatique, télévision, lecture) est organisée de manière rationnelle. Il existe donc un espace informatique, un espace visuel, un espace presse… L’espace de travail personnel occupe une grande partie de la salle et est organisé de manière plutôt insolite. Des rangées de tables sont alignées sur des dizaines de mètres, au dessus desquelles sont suspendus des néons. Cette organisation crée une atmosphère d’usine assez étrange. Peut-être les architectes y voient là t-ils un moyen de rendre moins aliénant les usines elles-mêmes, dans lesquelles, rappelons-le, une grande partie de la population travaille à l’époque.

Le contenu de cette bibliothèque dont l’initiative revient à Jean Pierre Seguin, à l’époque conservateur à la Bibliothèque nationale, est majoritairement tourné vers le Monde. L’espace de télévision comprend d’innombrables chaînes de télé étrangères et la presse est massivement composée de presse internationale.

Cet aspect prouve donc une véritable volonté d’attirer les foules de tous les milieux et ainsi de faire du centre Pompidou un centre de cosmopolitisme.

 

  Une vidéo sur l'installation de l''exposition "Traces du sacré"

http://www.lesite.tv/videotheque/popup_flash_player.cfm?fid=105643&extrait=false

 

 

Voir aussi bien sûr l'excellent "Architecture(s)" de Coppans (cf lycée)

 

commentaires

Haut de page