Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Anselm Kiefer

par Iliana et Maud 26 Septembre 2013, 05:00

  • L’auteur est-il un témoin ?

Anselm Kiefer est un artiste sculpteur, peintre et un des plus grand artistes du XXème siècle connu pour des œuvres provocatrices. Il est né a Donaeschingen en Allemagne le 8 mars 1945. Il n’a donc pas vécu la guerre mais il a cependant dû subir l’atmosphère pesante sur l’Allemagne d’après guerre. Anselm Kiefer a des contacts avec la France, car c’est un pays qu’il apprécie dont il a appris la langue à l’université où il a d’ailleurs eu l’occasion de suivre « la route de Van Gogh ».

« Je suis né en mars 1945, un mois avant la fin de la guerre, dans la cave d’un hôpital bombardé. Je n’ai pas de souvenirs du nazisme mais l’histoire de l’Allemagne est mon histoire et elle m’a profondément blessé. Lorsque j’étais jeune, dans les années 1960, j’étais obsédé par la sentence d’Adormo, selon laquelle « écrire un poème après Auschwitz est barbare». Moi aussi, je me suis interrogé sur la possibilité de créer après l’Holocauste. D’ailleurs je suis passé dans les écoles d’art pour inviter les étudiants à arrêter de peindre, j’ai finalement ressenti une pression trop forte. Pour survivre je devais m’exprimer. » (interview par Annick Colonna-Cesari, L’Express, 25/02/2011)

  • Quel est le propos de l’œuvre ?

Sa première grande œuvre a suscité de vives polémiques. En effet celui-ci se photographie dans plusieurs villes d’Europe vêtu de l’uniforme du IIIème Reich et faisant le salut nazi.

Son but n’était pas de provoquer, mais de briser le silence afin de susciter des réactions. Anselm Kiefer confie dans une interview pour l’express « tout mon art a ensuite consister à faire le deuil de ce que les Allemands avaient fait subir au Juifs, aux gitans, aux communistes… ».

  • Comment l’œuvre se situe-t-elle par rapport à la mémoire ?

Premièrement Anselm Kiefer travaille beaucoup sur l’identité Allemande et a pour volonté d’éveiller les consciences. Il veut construire une mémoire en luttant contre l’oubli et l’effacement des évènements. Pour Anselm Kiefer, la mémoire est un deuil, tout comme la réalisation de ses œuvres. (idixa.net)

« En posant ainsi devant l’objectif j’ai découvert mon histoire, mes racines. » (Figaro, Van Gogh ma terre natale, Anselm Kiefer, 22/01/2013)

  • Comment l’artiste arrive-t-il à son but avec son œuvre d’art ?

Même s’il ne la veut pas provocante, son œuvre apparaît comme telle. Il a pour volonté de faire parler et non de choquer. Il ne cherche pas à changer le monde mais l’aide à le recomposer et contribue à en donner une autre perception. On peut donc dire qu’il questionne l’Histoire attendant quelque part avec un certain pessimisme une réponse autre que silencieuse.

  • Sentiments sur l’œuvre ?

L’œuvre d’Anselm Kiefer est assez sombre et pessimiste mais elle est toute aussi vaste et diversifiée. L’œuvre étudiée ci-dessus apparaît comme quelque chose de concret plein de provocation alors que lorsque l’on regarde plus profondément on comprend alors que c’est le cri du silence, un cri qui se veut révélateur. Eveiller les consciences paraît alors comme un but évident. Mais Anselm Kiefer a produit des œuvres bien plus abstraites mais aussi des sculptures, où là encore, nous ne pouvons constater que l’étendue de son talent et nous font découvrir un univers pas comme les autres et cependant extrêmement réfléchi.

commentaires

Haut de page