Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Different trains

par Jade et Jean 6 Octobre 2013, 15:04

Steve Reich fait partie de la communauté juive. Il a vécu la seconde guerre mondiale enfant en Amérique du Nord. Son père résidant à New York et sa mère à Los Angeles, il passe de longs trajets en train. Lorsqu'il se rend compte plus tard, qu'à ce moment là de sa vie les enfants juifs européens étaient eux-aussi dans des trains mais qui les menaient jusqu'aux camps de concentration, l'inspiration lui vient de créer "Different trains".

L'oeuvre est une pièce minimaliste faite à partir d'enregistrements (début des bandes magnétiques). On entend des alarmes, des reproductions électroniques de rails de trains, des voix lointaines, quelques cordes. Le texte est répété plusieurs fois. Il raconte les évènements de la guerre en Europe, l'arrestation d'un enfant juif, sa déportation. Tout est décrit à la première personne selon le regard de l'enfant.

Cette musique actualise la mémoire des enfants juifs et des voyages aux camps à travers un texte sous forme de témoignages ( qu'il faut avoir sous les yeux car très peu compréhensible d'écoute). L'oeuvre souhaite sensibiliser la population aux conditions vécues. Le but de l'auteur est de mettre l'auditeur dans une situation de personne déportée. On a l'impression d'être dans un wagon: par la voix qui semble être parfois celle d'un contrôleur, par les alarmes et le bruit de vapeur de la locomotive, par le climat de tension mis en place avec un tempo rapide et l'ostinato (formule constamment répétée) de l'orgue. Les sonorités résonnantes de l'orgue créés un brouillard (les déportés ne savent pas ou ils se rendent), et amplifient la sensation de menace. L'absence de respirations et de silences (au niveau mélodique et rythmique) animent un climat oppressant, comme une suffocation.

L'écoute de cette oeuvre nous a paru gênante. Les moyens de l'auteur pour nous transporter à l'état de déporté sont très efficaces. L'oppression est en effet constante. Le texte ranime sensiblement nos mémoires.

commentaires

Haut de page