Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vous avez dit "Architecture & BD"? Dites Bonjour à Métropolis.

par Julien 12 Mars 2011, 13:21 travail

Quelle personne normalement constituée ne connait pas Superman?

Devenu une icône à part entière des États-Unis, Superman est le seul homme portant des collants et culotte courte aux couleurs flashies  dont on ne remettra jamais en cause l'hétérosexualité. Intéressant non? Après tout, chacun ses privilèges. Après cette petite introduction ironique et quelque peu sarcastique, adoptons un nouveau credo: parlons peu, parlons bien, parlons sérieusement. Et dans notre cas, parlons de l'Architecture au sein de la Bande Dessinée.

     Tout d'abord, il faut savoir que la bande dessinée est un Art considéré comme étant le neuvième d'une longue série qui apparait à la fin du XIX° siècle sous le nom d'Illustré. On découvre alors la possibilité de coordonner une histoire à des images que l'on juxtaposera sur des planches moyennant 6 cases allant du grand jusqu'au plus petit format dit de poche. Au fur et à mesure des décennies, l'Illustré prend le nom de Bande Dessinée et étend son influence sur une majeure partie du globe. Dans les années 60, on la nomme Manga  chez nos amis les asiatiques ainsi que Comics aux USA.

 

       Le terme étasunien de Comics, utilisé pour traduire le concept de Bande Dessinée, représente toutes les oeuvres s'apparentant à la BD française. Même principe: une histoire, des illustrations se succèdant, et des bons talents de dessinateur. Dans ce genre, on note une différence: le comic strip et le comic book. Le premier ne s'appuie que sur la présence de quelques cases au dos d'un grand quotidien mettant en scène de petites histoires humoristiques alors que le book, lui, développe une histoire sur une dizaine de pages et ne se limite pas à un genre en particulier. Tous y passent. Du western au polar, en attrapant au passage la biographie. L'incontournable cliché du comic américain retrace les aventures de ces hommes aux pouvoirs supernaturels venus d'autres galaxies pour certains ou qui malencontreusement se sont retrouvés au contact d'une araignée, ce qui au bout du compte leur confère des capacités sensorielles remarquables. Mesdames, Mesdemoiselles, et Messieurs, saluez nos idoles les Super Héros (tous atteints d'un syndrome patriotique relativement inscrit dans leur personnalité). Le plus connu est donc Superman, un personnage de fiction créé en 1932 par Jerry Siegel et Joe Shuster. Plus tard, le personnage est vendu et revendu à des maisons d'éditionsde bande dessinée renommées mondialement comme la celèbre DC Comics.

 

     Après observation de l'évolution du Neuvième Art, on remarque que beaucoup s'attardent sur l'idée d'architecture. Au départ, le problème restait superflu. On s'arrêtait en premier lieu sur les détails physiques, les expressions et les postures des personnages. Mais avec le temps, la question de l'environnement propre à l'histoire se pose. Et l'Architecture faisait concrètement ses premiers pas dans ces rectangles d'encres noirs sur papiers, destinés à un large public (quoique majoritairement accaparé par les jeunes). Ainsi, des villes voire des mondes entiers prennent vie! On ne recule devant aucune limite. On créé des utopies urbaines tout comme des contres- utopies aux allures futuristes. On confond les genres: du baroque au déconstructivisme, des monuments dits contemporains côtoyant des temples. On laisse libre court à l'imagination, ce qui permet à ces visionnaires de mettre sur pied des ambiances singulières et totalement décalées, même si pour la plupart d'entre eux, les inspirations architecturales connues de différentes civilisations sont à montrer du doigt. 

     Pour parfaire, cet article et rester en compagnie du héros ayant la plus belle collection de collants rétros ( sûrement des création de Jean Charles de Castelbajac, pour les incultes: direction jc-de-castelbajac.com), j'ai nommé Superman, autant se pencher davantage sur sa ville alias Metropolis. Dans cette analyse, on insiste sur la création d'un environnement directement lié à l'architecture locale. On fait évoluer les personnages dans une ville qui n'est pas vue pour autant comme une ville futuriste mais qui dans un sens s'assoie surtout sur son statut de représentation ultra-réaliste et urbaine. Dans les comics, ce genre de décors deviennent archétypales.

Métropolis est une ville fictive. Ses créateurs, se servent de leur ville natale ( Toronto, Canada) pour installer un décor réaliste mais qui, de numéro en numéro, se rapproche de plus en plus de New York. Au fond, on peut y voir un lien assez flagrant avec le nom Métropolis signifiant Grande Cité et New York, une métropole au rayonnement mondial. En attendant, le Fief de Superman est souvent localisé sur la côte Est des États-Unis. La série Télévisée Smallville, elle, situe Metropolis dans l'État du Kansas et en profite pour faire un clin d'oeil à d'autres villes issues de comics comme la ville de Gotham ( cf Batman). Pour faire simple, Metropolis est dessinée comme une belle megapole américaine, incrustée sur une île ressemblant en tous points à Manatthan, constitué de 5 ou 6 grands quartiers. On y retrouve les mêmes prouesses architecturales, et autant de conventions respectées dans la constitution même d'une ville américaine en partant d'un CBD jusqu'aux maisons pavillionnaires.

dccomics-superman-in-front-of-the-flat-1-.jpg

commentaires

Haut de page