Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les cités obscures de Schuiten et Peeters

par Maëlle 3 Mars 2011, 17:26 travail

Le cinquième tome de la bande dessinée « Les cités obscures », réalisée en 1992 par François Schuiten et Benoît Peeters nous raconte l'histoire de Constant Abeels, un fleuriste qui vit à Brüsel. Cet homme qui modifie sa boutique afin d'accueillir des fleurs en plastiques se voit obligé de la quitter et assiste malgré lui à la transformation de sa ville. Il découvre la maquette d'un nouveau Brüsel, projet démesuré qui sera une véritable catastrophe pour la ville puisque elle va se retrouver inondée et dans le chaos total. C'est alors que commence l'aventure de Constant Abeels lorsqu'il s'engage dans une groupe d'activistes opposés aux travaux.

bd brusel 1

Comme on peut le voir sur la première image, cette vision de la ville nouvelle reflette un projet totalement utopique, puisque dans l'histoire les architectes sont incompétents et pensent d'abord à leur projet avant de penser à la vie des habitants. On le voit bien car sur la maquette de cette ville verticale peuplée d'immenses gratte-ciel, (et ou l'on ne voit pratiquement pas la terre) est reliée par de nombreuses infrastructures notamment des ponts qui traversent les immeubles , apparemment sans tenir compte du bien être des habitants. De plus, contrairement aux grandes villes modernes, les architectes de la bande dessinée n'ont pas pensé à insérer sur leur maquette des espaces de verdures et de repos pour la population de Brüsel, les immeubles sont tous serrés les uns contre les autres, oubliant le problème de la luminosité, du vis-à-vis et de l'hygiène. Dans ce nouveau Brüsel, où l'importance est donnée aux routes, l'architecture nous fait penser à une toile d'araignée géante où se dressent d'immenses gratte-ciel géométriques. Cette rénovation de la ville est totalement utopique déshumanisée, et est considérée comme un réel danger pour la population.

bd brusel 2



Par le nom de ce cinquième tome " Brüsel" il n'est pas difficile de faire le rapprochement avec la ville de Bruxelles en Belgique. A travers cette histoire c'est aussi une critique de la société actuelle qui est énoncée, en effet de nombreux vieux quartiers de Bruxelles ont été détruits au détriment de bâtiments plus modernes. Cette bande dessinée nous montre donc que beaucoup d'architectes veulent changer l'image de leur ville sans vraiment tenir compte des bâtiments déjà en place, et de leur beauté qui constituent un véritable patrimoine historique. Cette aventure que va traverser Brüsel traduit l'importance du pouvoir que possèdent les personnes entreprenant des travaux dans les villes. On reste tout de même dans l'utopie car même si le graphisme s'inspire beaucoup des buildings new-yorkais et de l'organisation des grandes villes modernes, une architecture semblable ne pourrait évidement pas voir le jour dans notre société actuelle, autant du coté du respect des règles de l'architecture que des habitants de cette ville. A la fin de l'histoire la nature reprend ses droits sur cette ville puisqu'elle est entièrement détruite par les eaux (voir la photo ci-dessous). Preuve que malgré la critique de l'ère moderne, du progrès et de l'envie de l'Homme à vouloir toujours construire plus haut Schuiten et Peeters gardent une part de réalité dans la fiction.

bd bruse 4



commentaires

Haut de page