Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'horologium

par Ariane 13 Mars 2011, 19:02 travail

L'Horologium est une BD de Fabrice Lebeault composée de cinq tomes, dont le premier tome est paru en 1994 et a remporté un franc succès.

Cette bande dessinée débute lorsqu'un étranger arrive dans une cité, coupée du reste du monde, appelée Horologium. Cet homme portant le nom de Mariulo va déranger le calme de la ville car il est une menace pour les dirigeants de cette ville, ceux-ci sont appelés « Grand Rouage ».

En effet, à l'inverse des habitants il ne possède pas une clé au dessus de sa tête, cette clé remontée aussi souvent que possible permet de contrôler les sentiments humains et de leur ôter toute pulsion dites animales et d'atteindre une certaine perfection, la perfection des machines, l'homme étant considéré comme un être né imparfait.

J'ai centré mon analyse sur le tome 1 seulement. L'auteur nous fait découvrir une ville futuriste:

On remarque tout d'abord que la cité est située en hauteur, la rivière qui alimente la ville en eau est cachée pour laisser plus de place aux habitations, la circulation en ville ne se fait qu'à pied ce qui rappelle l'urbanisme de Le Corbusier. Par ailleurs, la population la plus riche se trouve en hauteur comme les dirigeants, ce qui rappelle la cité du film Metropolis de Friz Lang. D'ailleurs, les hommes sont dirigés par les machines et ne font que leur obéir, tout cela semble fonctionner à merveille jusqu'au jour où Mariulo arrive.

Cependant, Fabrice Lebeault nous plonge dans une ville qui nous rappelle des architectures moins modernes: les ponts en hauteur ressemblent à des viaducs et les tours à des châteaux moyenâgeux. Quant aux statuettes par lesquelles coulent de l'eau font penser aux sculptures Moai de l'île de Pâques.

Les moyens de transports sont quant à eux à la fois futuristes car les machines se déplacent sur des roues quand aux humains ils possèdent des sortes de calèches modernisées ou une sorte d'oiseaux-machine qui leur permet de se déplacer dans le ciel (dessin qui ressemble à une esquisse d'un avion par Leonard de Vinci).

L'auteur cherche à critiquer un monde soumis aux machines, ce qui fait référence à nos problèmes actuels, aujourd'hui nous nous interrogeons sur le rapport homme-machine et ce, depuis le XXème siècle et à la déshumanisation. Il critique aussi la Religion, et met en scène un monde qui souffre de l'obscurantisme, les dirigeants ont tous les pouvoirs tendit que les citoyens sont quand à eux soumis.

Dès le premier tome l'auteur fait des allusions littéraires, tel que Molière, des robots sont nommés poquelins. Le dessin clair et précis, montre que l'auteur est sensible au style d'Hergé.

L'Horologium de Fabruce Lebeault est donc une contre- utopie.

commentaires

Haut de page