Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'archiviste [ Schuiten – Peeters] 1987

par Mathilda 13 Mars 2011, 20:36 travail

L'archiviste est un album hors-série des ''Cités obscures'' écrit par Benoît Peeters et illustré par François Schuiten.

Entre réel et imaginaire, Les Cités obscures nous plongent dans un monde parallèle qui semble pouvoir exister car il se rapproche de notre monde. Se développant en une douzaine de tomes, la série est également approfondie par de nombreux livres hors-série qui viennent parfaire cet univers fantastique.

Dans Les Cités obscures l'architecture et l'urbanisme ont un rôle prépondérant. Ainsi l'architecture peut être considérée parfois comme un personnage adjuvant ou opposant, et a dans chaque livre une place notable dans la trame de l'histoire.

Comme le nom de la série l'indique, l'univers s'instaure autour des villes. Celles-ci sont autonomes et dissociées les unes des autres notamment par leur esthétique, en effet chaque cité est singularisée par son style. Les cités obscures présentent de cette façon les différents types d'utopies urbaines comme par exemple la ville végétalisée (Calvani).

 

''L'archiviste'' retrace les recherches de Isidore Louis, spécialiste des mythes et légendes, chargé de faire un rapport sur les fameuses cités obscures ('' rapport d'un curieux cas de superstition''). Celles-ci font l'objet d'une fascination étonnante chez certaines personnes qui croient en l'existence d'un autre monde parallèle au notre. Petit à petit l'archiviste finit par croire lui-même en l'authenticité de cet univers, on lui retire alors les recherches et on l'accuse d'être l'instigateur de toute l'histoire.

Avec ce personnage d' archiviste de Bruxelles Schuiten et Peeters montrent les Cités obscures à partir d'une autre perception, celle d'un observateur du monde réel.

On suit dans ce livre le rapport de l'archiviste qui semble au fil de ses recherches sombrer dans la folie, pourtant le lecteur réalise lui aussi que ces cités pourraient exister et se demande où se trouve la vérité.

La mise en page de cet album est très intéressante,elle accorde à l'illustration une place considérable. En effet sur la page de gauche on retrouve une vignette en noir et blanc représentant la silhouette de l'archiviste dans ses recherches, cette image évolue au fil des pages avec de plus en plus de documents, des tasses de cafés... etc. Sur toute la page de droite figure une illustration qui représente l'un des documents trouvé par Isidore Louis (c'est essentiellement une architecture ou une ville).

Sortant des cases de BD classiques, cet ouvrage permet d'apprécier au mieux les illustrations de Schuiten. De plus son format plus grand que la taille habituelle d'une BD apporte l'impression d'avoir à faire à de véritables documents.

Cette mise en page permet en outre une lecture du rapport qui se fait en trois parties. Avec l'image de l'archiviste, le texte qui nous éclaire sur ses découvertes, et l'image de droite qui nous montre l'un des documents qu'il étudie.

 

Dans ''L'archiviste'' on observe un rapport ambigu entre réel et imaginaire, les limites qui les séparent sont en grande partie brouillées et le lecteur doute également d'où se situe la vérité. En effet à la fin du livre Isidore Louis se voit retirer les recherches sur les cités obscures, puis il décide de revenir dans son bureau qu'il retrouve vide. Il découvre pourtant trois documents dont l'un représentant sa propre image,ainsi il ferait lui même partie de cet univers. Où se trouve la légende? où se trouve la réalité? On ne le sait plus très bien, ce qui est sûr c'est que ce livre renferme une grande part de mystère.

Schuiten et Peeters ancrent leur histoire dans le réel. Premièrement par le fait qu'ils aient choisi la forme d'un rapport, ce qui nous installe dans la réalité avec un aspect très rationnel.

Deuxièmement, par la présence de nombreuses références et d'inspirations diverses. En effet les auteurs introduisent dans leur série différents personnages célèbres, ceux-ci passant d'un monde à l'autre ce qui fait le lien entre le fantastique et le réel. On peut citer par exemple dans l'archiviste la présence de peintres que l'archiviste reconnaît sur l'un des documents: Manet, Courbet, Delacroix. L'archiviste lui même est un personnage historique, son image à la fin du livre représente Jorge Luis Borges dont les œuvres inspirent Schuiten et Peeters.

De plus, le rapport à l'architecture se présente sur le mode encyclopédique avec les multiples allusions à l'évolution de l'architecture occidentale. Comme notamment le réaménagement des villes européennes au XIX avec la ville de Brüsel qui est complétement restructurée (en référence à Bruxelles, la ville où habitent les deux auteurs).

Les différentes villes des Cités obscures sont en majeure partie mentionnées dans L'archiviste. Cet album regroupe ainsi des architectures très diverses.

On retrouve quatre cités dans cet opus: Xhystos, Brüsel, Calvani et Mylos . Celles-ci sont quelques peu approfondies avec des illustrations mais le texte reste souvent vague dû au manque d'éléments trouvés par l'archiviste . Chaque ville a des caractéristiques qui lui sont propres, et toutes sont présentées aussi sous leur aspect négatif. Il transparaît également à travers la présentation des cités la vie des habitants ainsi que la politique mise en œuvre. De plus les images et le texte nous montrent les villes de manière réaliste, tout en ajoutant une part de merveilleux.

 

J'ai choisi de développer la ville de Calvani qui est une cité végétale remarquable. Les deux illustrations à son sujet présentes dans le livre en donnent une vue d'ensemble assez claire et définie. François Schuiten s'est inspiré pour l'architecture de Calvani de nombreux principes de l'Art Nouveau mais également des recherches d'utopie urbaine de son frère l'architecte Luc Schuiten qui définit des projets de villes végétales.

L'Art Nouveau se retrouve ici avec des bâtiments faits seulement de fer et de verre qui par leur transparence montrent les végétaux qu'ils protègent. On peut aussi noter une attention particulière pour l'ornementation avec des motifs organiques que l'on peut voir notamment sur les piliers de la structure métallique. L'utilisation de couleurs rappelle également l'Art Nouveau .

Cette cité fait aussi penser au courant hygiéniste qui préconisait de la lumière en grande quantité et des espaces vert, mais ici les espaces verts sont en fait à l'intérieur des bâtiments ce qui créer d'immenses serres.

Le rapport avec le réel se fait ainsi avec des références. Mais ce qui nous plonge véritablement dans une idée de réel c'est le texte qui met en place l'histoire de la ville, la naissance de la cité végétale jusqu'à sa fin. En effet on sait que Calvani était au début une exposition temporaire qui par un effet de mode à prit de l'ampleur et s'est développée dans toute la ville. Par la suite Schuiten et Peeters présentent l'aspect négatif d'une telle ville en expliquant sa fin, des maladies étranges apparaissent à cause de l'atmosphère lourde et moite, et les bâtiments sont alors délaissés. En ce qui concerne la vie des habitants on peut dire qu'ici ils sont en contact permanent avec la nature et peuvent observer des espèces végétales rares dans leur ville ou même leur habitation. Mais l'inconvénient comme on l'a vu c'est l'atmosphère désagréable pour l'homme qui se trouve dans cette cité.

Sur cette image se dégage l'aspect ludique de la ville avec les passerelles entre les blocs de bâtiments et avec les ballons et les montgolfières. Ces derniers montrent l'importance des moyens de transport dans l'urbanisme de la ville. Mais pourtant ils semble un peu incongru de voir des zeppelins et des montgolfières dans une ville, ils apportent donc la part d'imaginaire. On peut aussi noter que l'imaginaire se retrouve au niveau de la hauteur des bâtiments qui semble immense.

 

Pour conclure on peut dire que Peeters et Schuiten à travers la BD apportent une véritable réflexion sur l'utopie urbaine. Il ne montrent pas simplement son aspect le plus idyllique et mettent aussi en évidence les défauts de la cité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page