Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cité-Jardin du Plessis-Robinson

par FAVRE Anais 13 Avril 2013, 13:04

                                 

HPIM3778

 

 

 

La Cité-Jardin du Plessis Robinson est construite entre 1924 et 1926. L'Office public des habitations à bon marché du déportement de la Seine (OPHBM) confie la réalisation aux architectes Maurice Payret Dortail, Jean Demay et Jean Festoc qui créent 217 logements pour une population d'origine modeste, sur un terrain accidenté de 9 hectares environ. Ce sont des pavillons individuels ou de petits immeubles collectifs avec pour chaque locataires des jardins mis à disposition, tout comme Geddes qui souhaitait des espaces communs ou chaque famille ouvrière à une parcelle qu'elle peut cultiver. L'architecture est moderniste, elle s'inspire de l'art déco: des bâtiments cubiques, des toits terrasses et des façades sobres.Les appartements disposent du confort moderne avec l'eau courante et le chauffage collectif, salle de bain avec baignoire lessiveuse, et évier-vidoir grâce auxquels les déchets sont directement envoyés vers une usine d'incinération. Selon les souhaits des concepteurs du projet (Bassompiere, de Rutté, Survin et Payret-Dortail), quelques ateliers d'artistes avec des grandes verrières prennent places parmi les petits immeubles remplis de jardins familiaux. Confort, modernité, hygiène et bien-être sont les maîtres mots de la Cité-Jardin du Plessis Robinson à la fin des années 20.

Cette Cité-Jardin est la seule partie qui subsiste du projet des architectes Bassompière, de Rutté, Survin et Payret Dortail.

La Cité-Jardin au fil des années est laissée à l'abandon à cause de ses petites surfaces d'habitations, de son confort vieillot, son absence de parking... et sera remplacée par une cité moderne qui reprend une architecture traditionaliste.

En 1989, le maire du Plessis-Robinsson, souhaite recréer une mixité urbaine et souhaite redonner une meilleure image à sa ville. 

Le site devient possible à réhabiliter : l'OPDH des Haut-de-Seine, l'Etat et la ville du Plessis Robinson décident de le démolir pour créer une nouvelle Cité-Jardin. L'objectif est de créer un quartier "avec une architecture douce et un urbanisme à échelle humaine pour rétablir les équilibres et créer un cadre de vie agréable pour la habitants". 

Cette nouvelle Cité-Jardin, réalisée par 13 architectes, 13 promoteurs et un office HLM dont l'architecte Xavier Bolh, en 2005, reprend les éléments de l'architecture traditionaliste et régionaliste représentant la banlieue (toiture à forte pente, revêtement en ardoise ou en tuile, mansardes, façades irrégulières, fenêtres plus hautes que larges). Construite sur une vingtaine d'hectare, elle comporte 1300 logements dont 250 logements sociaux, elle accueille des personnes de différents milieux tout en équilibrant les revenus, tout comme Geddes qui lui voulait melanger la population: les étudiants résidant avec les artistes..., on y trouve la halle du marché, un parking souterrain, une crèche, des commerces de proximité, des ecoles primaires et maternelles, la poste, un établissement hospitalier pour personnes âgées dépendantes, on trouve ici une ressemblance avec le modèle d'Howard notamment avec les fonctions de la vie sociale et de quelques équipements publics mais par contre il n'y a pas l'intégration de tous les secteurs de travail, il faut sortir de la ville pour aller travailler et on ne peut pas y aller à pied, l'utilisation de moyen de transports est nécessaire. Les espaces paysagers occupent une place importante: les jardins sont de véritables espaces publics accessibles à tous pour passer un moment ou se déplacer d'un point à un autre dans la ville. Le quartier se trouve autour d'une rivière artificielle d'un kilomètre de long, conçue pour recréer un véritable écosystème, comme pour le modèle d'Howard qui souhaitait beaucoup d'espace vert pour une harmonie de l'homme avec la nature et ici, aussi représenté avec la rivière. 

La ville du Plessis Robinson est très connue pour sa Cité-Jardin. Elle a reçu en 2008 le Grand Prix Européen d'Architecture décerné à "la reconstruction de la ville et la meilleure renaissance d'une banlieue urbaine". Le Plessis Robinson appelée "cité-jardin" n'a pas gardé entièrement les idées d'origine de celle ci. De plus, la majorité de la Cité-Jardin a été démolie et reconstruite en respectant les besoins et les normes actuelles, seule une toute petite partie a été conserver pour garder une trace de la cité d'origine, ce qui fait de cette Cité-Jardin, un cas intéressant. Différente du cas de Geddes qui lui ne démolissait pas les Cités-Jardins mais les améliorait afin de ne pas tout reconstruire mais d'étudier les bâtiments qui pouvaient être conservés.

GPEU2012PLESSIS 2La Cité-Jardin du Plessis-Robinson, première réalisation et réhabilitation. La première réalisation ressemble au plan de Geddes avec des rues rectilignes par exemple.

 

 

commentaires

Haut de page