Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Journée Mémorable à Lyon

par Maréva 9 Mai 2009, 09:22 sorties Hida

Premières impressions

Une journée mémorable à Lyon, qui pousse aux recherches, avant de pouvoir y retourner…

 

Nous avons pgravir les 37 étages de la Tour « le crayon », jusqu’au bar panoramique…

 

Du haut de ses 32 ans et de ses 165 mètres d’acier, de béton et de verre, tous les lyonnais l’appellent « le crayon », à cause de sa forme cylindrique et de sa verrière en guise de toit et de mine (comme pour dessiner sur la page de couleurs du ciel). Mais son nom véritable est la Tour de la Part Dieu.

Située en effet dans le 3ème arrondissement sur la rive gauche du Rhône et dans le quartier des affaires ouvert sur l’avenir, elle fut construite entre 1972 et 1977. Symbole de puissance et de dynamisme comme l’avait voulu son architecte Charles DELFANTE, elle marque inévitablement la présence d’une activité, offrant 50 000 m2 d’espace pour des bureaux. Monstre immobile et vivant à la fois, avec ses 42 étages, 29 ascenseurs, 2800 fenêtres, elle abrite 150 entreprises environ où 1500 personnes y travaillent. « Une ville dans la ville » où l’Hôtel Radisson a pris place dans les dix derniers étages pour ses 238 chambres. Selon Araldo Cossutta, autre architecte, dans le journal « Le Progrès » en mai 1977 : « Elle exprime l’expansion… Cette forme ronde dit que la tour est ouverte vers tous. Elle tourne son visage, elle ouvre le dialogue dans toutes les directions ».

Pourtant, l’homme a dû s’adapter à ce monde vertical, se perdant dans les couloirs circulaires, se heurtant aux multiples cloisons érigées sur son chemin. Car l’on peut supposer que son architecture ne facilite pas la communication ; si la tour remplit indéniablement son rôle de symbole de puissance et de pouvoir, les hommes à côté, êtres minuscules, risquent de se croiser sans contact réel…

 

Plus tard, devant nous, nous avons découvert l’Opéra de Lyon, œuvre magistrale et magnifique, restaurée par l’architecte Jean NOUVEL et inaugurée en 1993. Mariant avec subtilité les styles néo-classique et contemporain, elle permet le dialogue entre l’histoire et la modernité.

On a l’impression  de pénétrer dans l’antre même d’un navire qui comprend des symboles liés au voyage maritime.

Le bâtiment joue avec la lumière, les parois de verre créant la transparence et réfléchissant les espaces.

Des camaïeux de noir profond, de rouge et d’or confondent les contours pour une atmosphère feutrée et d’intimité.

La salle de répétition se situe à l’aplomb du plateau de scène, de dimensions et de décors équivalents, permettant aux artistes de répéter dans les conditions des représentations.

Le grand studio de répétitions du Ballet, se trouve juste en dessous de la verrière demi cylindrique, offrant un panorama exceptionnel avec les loges des artistes telles des cabines de paquebot.

Pour rejoindre la coque massive, noire et brillante de la grande salle suspendue, on chemine par des passerelles et escalators, comme pour embarquer sur un bateau. On pénètre par des sas de couleur rouge vif créant déjà l’ambiance.

Ambiance nous préparant déjà pour le spectacle du soir : la représentation de « Lulu »…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page