Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

2nde14: comparaison des différentes mises en scène d'Orphée

par Lucie, Mathilda, Ségolène 28 Avril 2009, 17:08 musique

      Introduction

      Dans les quatre mises en scène que nous avons visionnées, nous avons pu constater des différences importantes au niveau de l'adaptation de ce mythe. Ainsi la seconde mort d'Eurydice présente des modifications...

      Description

      Chez Monteverdi, la seconde mort d'Eurydice se passe en présence de fantômes et de peu de lumières (bougies). Eurydice n'a pas le droit de parler à Orphée, celui-ci se retourne car il n'entend pas sa bien aimée. Pour montrer le fait qu'elle soit morte, la comédienne descend de la scène.
      Dans la mise en scène de Gluck, le décor est nu et sombre. Il se trouve quatre personnages sur scène; deux chanteuses et deux danseurs. Eurydice souhaite qu'Orphée la regarde mais ce dernier n'a pas le droit  de la regarder et ne peut le lui dire. Elle croit qu'il ne l'aime plus et dans le désespoir il se retourne. Celle-ci meurt rejoignant la chanteuse Eurydice qui est également morte. Orphée emplit de tristesse et de souffrance va se recroqueviller dans un coin de la scène.
       Pour Offenbach, ce passage est tout à fait différent car celui-ci ironise cet opéra en mettant les deux personnages en désaccord. La seconde mort d'Eurydice se passe au cours d'une fête où Jupiter fait sauter le bouchon de champagne et Orphée se sert de ce prétexte pour se retourner et renvoyer Eurydice aux Enfers.

       Interprétation

       Dans chaque mise en scène, la seconde mort d'Eurydice a été traduite de différentes manières. On y retrouve des émotions et une ambiance parfois opposées.
       L'obscurité et la présence des âmes, chez Monteverdi montrent que l'on se trouve en enfer, dans la mise en scène de Gluck, le décor est nu et sombre, cela apporte une atmosphère lugubre.
       Le sentiment de tristesse éprouvé par Orphée est très bien transmis au spectateur. Il est exprimé par le chant en mineur et la richesse de la gestuelle. Dans la représentation de Gluck, ce sentiment est davantage mis en avant avec le crescendo montrant la douleur et les gestes de souffrance qu'exécute le danseur. Au contraire dans la mise en scène d'Offenbach Orphée est heureux de la mort d'Eurydice qu'il méprisait.

      Conclusion

      Le mythe d'Orphée existe en différentes versions ainsi nous avons pu visioner des adaptations qui divergent. Cela nous aide à voir cette histoire sous des angles variés. La seconde mort d'Eurydice nous est donc présentée de diverses manières.


commentaires

Haut de page