Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La propriété culturelle

par AP 29 Mai 2008, 06:57 musées

Depuis quelques années, grâce notamment à l'UNESCO, est apparu un nouveau concept: la propriété culturelle. Selon cette notion, les oeuvres d'art et d'archéologie appartiendraient au peuple qui les a produit. Au-delà d'exemples consensuels, ceci pose de gros problèmes.
Quand les Talibans ont détruits des oeuvres d'art non-ilsmiques du musée de Kaboul ou les fameux Bouddhas de Bamian, personne ailleurs dans le monde n'a mis en doute le caractère monstrueux de cet acte. Les Talibans, même maîtres du pays, n'avaient pas le droit moral de détruite leur patrimoin, qui en l'occurence n'était pas le leur mais celui du peuple afghan et au-delà de l'humanité. Quand les Etats-Unis lors de l'invasion en Irak, n'ont pas protégér les richesses du musée de Bagdad alors qu'ils campaient devant le ministère de l'énergie, la plupart des observateurs occidentaux ont protesté. Les Irakiens l'auraient bien fait aussi... mais ils avaient d'autres problèmes (comme les Afghans d'ailleurs)! Là n'est pas la question.
 Le problème surgit quand des peuples anciens (Egyptiens, Grecs, Indiens d'Amérique) et spoliés de la plupart de leurs richesses se mettent à les revendiquer à divers titres. Les grands musées (des pays développés, riches, de la Triade ou de l'archipel mégalopolitain mondial... comme on voudra) regorgent d'oeuvres d'art achetées, au mieux, ou volées, au pire! Les peuples premiers réclament les tombes de leurs ancêtres (retour de stèles en Afrique ou dans des tribus indiennes, Inuit aussi), les peuples fondateurs de notre civilisation aimeraient profiter des pièces maîtresses de leur patrimoine (la Joconde pour l'Italie, les meubles du Pathénon pour la Grèce, le buste de Néfertiti pour l'Egypte... ne parlons pas des oeuvres africaines qui ont la côte en ce moment, alors qu'aucun musée digne de ce nom n'existe en Afrique!).
Ces revendications sont légitimes mais le débat est loin d'être clos car les nations européennes et américaines du Nord arguent du fait qu'elles ont non seulement mis en valeur mais souvent sauvé ces oeuvres... On peut aussi se rappeler que "nos" cloîtres romans et gothqiues sont en grande partie à New-York après que nous les ayons bradés aux Américains après la deuxième guerre mondiale... Tout cela augmente les prix sur le marché et impose des barrières morales aux grands musées publics alors que les acheteurs privés ne se gênent pas! La seule retombée positive est la tendance à des grandes expositions que le milieu qualifie peut-être de démagogiques et creuses mais qui glorifie un peu ces peuples et montre à voir à des foules moins élitistes que d'habitude des oeuvres bien rangées dans des musées souvent déserts...

(à partir d'un article du NYT
http://www.nytimes.com/2008/05/27/arts/design/27conn.html?pagewanted=1)


commentaires

Haut de page