Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Architecture au Palais de L'Ile -jusqu'à fin 2008

par FG 17 Avril 2008, 09:09 Les élèves ont aimé... ou pas!

 


Que faire un samedi aprem après les cours sachant que ce samedi est le samedi d'une dure semaine (oh fatigante semaine culturelle!) ? Travailler? Non. Traîner? Oui. Mais où? Et bien on a peut être entendu parler d'une expo au palais de l'Ile alors on y va



         Le Palais de L'Ile d'Annecy propose, effectivement, pendant toute l'année 2008 une exposition sur l'architecture à Annecy et dans ses alentours. Car je rappelle qu’outre le fait d'être l'un des bâtiments les plus photographiés de la ville (haha), ce lieu est un Centre d'interprétation de l'architecture et du patrimoine.
Cette exposition est une bonne mise en parallèle de l'histoire et de l'architecture. Le visiteur peut ainsi découvrir ou redécouvrir la ville dès ses origines romaines jusqu'à aujourd'hui. Les mutations sont mises en valeur et l'accent est porté sur une ville au patrimoine riche.
Quelques choses notoires sont regrettables, l’exposition s’enfonce dans son désir de tout dire et les médias sont peu variés. Il y a beaucoup trop de panneaux d’affichage avec beaucoup de texte à lire (souvent en très petit et avec une impression d’une qualité douteuse. Si ces textes étaient excellents, rien ne serait à redire, mais leur contenu est parfois peu captivant). Il y a quelques tableaux, quelques vidéos, quelques objets (Qu’on m’explique pourquoi tant de moules à faisselle sont présentés ??) mais l’exposition reste peu interactive. Après c’était le dur pari à relever pour une expo sur l’architecture qui a l’air de souffrir d’un manque de moyen pour prendre son essor. Enfin, le manque de maquettes (voire leur absence) et totalement injustifié et est un malus pour l’expo.

Il y a tout de même de l’intérêt à voir cette exposition. D’une part pour son rattachement au programme de Terminale, sur la ville rêvée, réalisée, ville réhabilitée. Avec notamment la mise en avant des travaux de Novarina et surtout son travail à Novel. Et également  par des propos sur la ville de Seynod et sur sa toute récente réhabilitation dans le quartier de Champ Fleuri (d’ailleurs si cela intéresse quelqu’un, j’ai pas mal de documents sur ce sujet, car je voulais le prendre pour mon dossier de bac au départ. )

On découvre également avec amusement le non-oubli de l’architecture régionaliste, avec des photos de bijoux architecturaux…

Les plus jeunes auront le plaisir (« plaisir » c’est ironique) de découvrir un Annecy bien plus actif et artistique qu’aujourd’hui. La culture avait une place très importante : des pièces de théâtre en plein air sur le Pâquier et dans la cour du château ! Oui dans la cour du château, je me rappelle encore de cette image, une grande scène en rond et des rangées de spectateurs : tout bonnement génial. Pourquoi le château est-il aujourd’hui coincé dans son régionalisme, ses poissons, ses barattes et ses poteries savoyardes ? Trop de touristes = pas de place pour l’art contemporain ? Je suis aigrie…

Autre point de cette exposition, c’est la découverte possible par le visiteur (oui parce que le palais a beau être petit, on s’y perd tout de même un peu), dans une pièce froide au premier étage, d’un merveilleux fragment d’une barrière d’un mètre de longueur d’un style art nouveau. Barrière toute seule, là, au milieu de sa pièce. Seule dans sa tristesse d’avoir quitté les magnifiques maisons, aujourd’hui détruites, qui se trouvaient le long de l’avenue d’Albigny. Oui, vous savez ces vieilles maisons, sûrement le seul et dernier témoignage de l’Art Nouveau à Annecy ! Que dire ? Place aux nouvelles maisons de MGM , youpi… mh.

            En bref l’exposition présente un bon échantillonnage de l’architecture du bassin annecien, mettant en avant des bâtiments qu’on a parfois tendance à oublier (en oubliant d’autres qui me paraissent importants) : de l’hypothèse architecturale Romaine, aux relations médiévales entre Annecy et Genève contribuant à un foisonnement, à la domination ecclésiastique (Partout des couvents et des églises !), à la période classique rythmée par des changements politiques jusqu’à la période industrielle vers la modernité et la contemporanéité.

 

 

 

commentaires

Haut de page