Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La ferronnerie dans l'Art Nouveau

par Agathe et Marie 6 Décembre 2016, 09:51

Portail du pavillon de la Finca Güell, Gaudi, 1884, Barcelone

Portail du pavillon de la Finca Güell, Gaudi, 1884, Barcelone

Entrée de métro des Abbesses, Paris, Guimard, XXème siècle

Entrée de métro des Abbesses, Paris, Guimard, XXème siècle

Entrée principale de la Casa Milà, Gaudi, Barcelone, vers 1910

Entrée principale de la Casa Milà, Gaudi, Barcelone, vers 1910

Suite à la commande de son ami Guell, Gaudi créa cette ferronnerie qui constitue le portail du parc Guell. Celui-ci s'inscrit aujourd'hui sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco.

Ce portail représente un dragon, soit un monstre illustrant une valorisation de l'imaginaire et un rejet de l'ordinaire, du concret. Cet animal se mêle à la nature de par sa constitution. En effet, nous pouvons voir des articulations stylisées sous forme de feuilles, notamment au niveau de ses pattes. Egalement, Gaudi fait un parallèle en représentant les écailles du dragon en écailles de pomme de pin. La notion d'organique se retrouve dans l'utilisation d'un fer marron clair nuancé entre le portail et le dragon, et le détachant ainsi de l'objet de base et marquant son unicité. Sur les extrémités du portail, des sortes de lianes s'enroulent autour des poteaux, montrant l'expansion et la prééminence du végétal.

A priori effrayant et féroce étant donné les piques sur son dos, ses dents pointues et sa gueule ouverte, prêt à attaquer, les membres très fins et ondulants apportent de la fragilité et de la douceur à cet animal fantastique. Sa dangerosité est mise en doute par la présence de chaînes, pouvant paraître maîtriser l'animal. Au final son aile est l'élément le plus imposant en cachant tout son corps, le motif ajouré laissant passer la lumière. Le motif du portail est très géométrique et symétrique, soit une idée de strict et de conventionnel. Cela dénote avec les ondulations du dragon rappelant une certaine liberté et du mouvement.

Dans les entrées de métro de Guimard, l'aspect végétal se retrouve avec l'utilisation de la couleur verte et les poteaux semblables à des troncs d'arbres soutiennent la verrière d'où sortent des puits de lumière tels ceux entre des branches. L'utilisation à la fois du fer, de la pierre et du verre constitue un mélange de matériaux et de savoir-faire apportant une idée de préciosité.

La porte principale de la Casa Milà est constituée de verre et de fer. Les motifs sont semblables aux quadrillages arrondis des ailes d'un papillon, mais peuvent aussi rappeler la toile d'une araignée, soit quelque chose de plus sombre. La poignée rappelle une tige ondulante, les détails sont ainsi étudiés très précisément. On peut le retrouver dans la superposition de ferrailles sur le cadran de la porte, et l'ondulation des ferronneries pareil à celle de feuilles, introduisant à nouveau le thème organique.

 

 

 

 

commentaires

Haut de page