Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'art brut au musée de Lausanne et la muséographie

par Lou? 30 Avril 2016, 10:05

http://reforme.net/une/culture/visite-a-collection-art-brut-a-lausanne

Une petite partie de d’article avec quelque élément de muséographie

http://www.artbrut.ch/fr/21092/-%20Lartbrut_de_Jean_Dubuffet

Le contraste et la préférence entre art brut et art traditionnel

Comment la muséographie met en valeur les œuvres, illustre les conditions dans lesquelles elles ont été créées et la particularité de l’art brute en général ?

Œuvres de Henry Darger. http://www.vanityfair.fr/culture/art/articles/henry-darger-au-musee-d-art-moderne/26074

Henry Darger a eu une vie tumultueuse sans grande joie ni bonheur, trainé dans des instituts psychiatriques et vacant d’un travail misérable à un autre, sa vie fut une grande souffrance perpétuelle sur le plan matériel qui a atteint son esprit. Ce déséquilibre se reflète dans ses œuvres. En effet les thèmes que l’on découvre dans ses dessins sont très éloignés de la réalité, elles proviennent d’un livre qu’il a écrit sur l’histoire d’enfants esclaves en pleine rébellion. Etant interné dés son plus jeune âge on comprend l’apparition de ce thème. La muséographie permet dans un premier temps de mettre en valeur ses œuvres. En effet la particularité du musée totalement noir du sol au plafond permet de rendre les œuvres bien plus frappantes grâce au contraste de la neutralité du noir avec les couleurs vives et le blanc très présent dans les dessins de Darger. Ce noir total nous donne une impression d’oppression, un état dans lequel l’artiste a été toute sa vie, ce noir derrière ses œuvres semble être l’illustration des projections de l’imagination dans le cerveau, un fond noir et des images, des couleurs et des formes qui apparaissent dans un esprit torturé et déséquilibré ce qui donne ces scènes sanglantes et ces monstres fantastiques inédits. L’absence de lumière naturelle et d’ouverture très petite accentue le sentiment d’oppression et d’enfermement, cela connote la prison des hôpitaux psychiatriques du XXème siècle le noir connote l’état d’incapacité psychologique dans lequel les patients sont mis (antidouleur, somnifères, anti dépresseurs) et les œuvres sont les images de l’esprit qui permettent la liberté psychologique l’imagination est la seule chose qui les détache de leur réalité maussade. La présence de petite ouverture peut quand à elle signifier l’évasion possible mais tellement difficile que l’évasion se fait à l’intérieur de la prison en passant par l’imagination, en paradoxe avec Darger qui lui a réussi à s’évader de son institution psychiatrique. Le fait que ces dessins soit plaqués au mur accentue le fait qu’ils sont des projections de l’imagination au milieu du noir total du cerveau manipulé par la psychiatrie qui empêche toute forme de pensée claire, laissant place à des pensées délirantes et une imagination débordante. A l’inverse, d’autres œuvres s’appréhendent d’une autre façon, toujours dans le domaine de l’imagination ou du rêve mais plus réaliste, les sculptures qu’il nous faut contourner aux quatre coins du musée sont une projection plus réelle de l’imaginaire. La sculpture face à la muséographie regroupe les mêmes caractéristiques évoquées auparavant mais avec un côté plus ancré dans la réalité, elles permettent de donner vie aux pensées délirantes des artistes de l’art brut et permettent au spectateur d'en découvrir tous les aspects en tournant autour. Le fait de les contourner peut exprimer la rapidité du défilement des images de l’imagination. Cette muséographie originale plongée dans le noir permet aussi de montrer la particularité de l’art brut face à l’art traditionel souvent exposé dans des pièces blanches immaculée appelée « white cube ».

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

commentaires

Haut de page