Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Cité-jardin du chemin vert à Reims.

par APOLLINE 17 Janvier 2015, 09:52

Plan de masse de la cité jardin du Chemin vert

Plan de masse de la cité jardin du Chemin vert

Famille devant sont logement du chemin vert
Famille devant sont logement du chemin vert

En 1918 à la fin de la Première Guerre mondiale la mairie de Reims lance un concourt auquel participent 20 groupes d'architectes. Le but est de reconstruire des logements pour les habitants de la ville de Reims détruite à 80%. Les plans retenus sont ceux de Jean-Marcel Auburtin, un architecte français qui fait partie des 12 membres fondateurs de la Société Française des Architectes Urbanistes, émanation de la section d'hygiène urbaine et rurale du Musée Social.

En 1919 commencent les travaux de la Cité-jardin du chemin vert, 36 maisons, 617 logements, de 14 types différents, sous forme de petites maisons de style alsaciens. Les premiers habitants s’installeront en 1922 . Au total la cité-jardin recouvre 30 hectares.

Le plan de la cité-jardin est celui d'un grand jardin à l'anglaise avec des rues en courbes et en contre-courbes autour desquelles s'organisent les maisons. La place centrale est rectangulaire avec des extrémités en arcs-de-cercles. Pour éviter le vis-à-vis avec les bâtiments donnant sur la voie publique, le recul doit être de 25 mètres entre les façades.

Les logements de la cité-jardin sont de petits appartements d'une surface comprise entre 36 et 65 m² bien qu'ils soient destinés à des familles nombreuses. Les logements les plus grands sont composés de 4 pièces. Les éléments de confort principaux sont un W.C. intérieur avec chasse d'eau reliée à l'égout et un robinet d'eau froide. Chaque appartement possède comme dans le projet de Geddes un grand jardin dans lequel il est possible de faire pousser des légumes, une opportunité pour les ménages de réduire leurs dépenses alimentaires.

L'accès au logement est facilité pour les familles nombreuses de plus de 4 enfants dont les parents sont mariés civilement. La plupart des chefs de familles habitant dans la cité sont des ouvriers du bâtiment, des manœuvres et des employés de la société de chemin de fer.

A sa création le loyer est de 60 francs pour les familles qui ont 4 enfants et plus. En 1933 l'inflation aidant, les loyers varient entre 85 et 130 francs selon le nombre de pièces.

La cité-jardin du Chemin vert n'est pas, comme les cités-jardins anglaises, une ville dans la campagne. C'est plutôt un quartier de la ville qui peut vivre dans une certaine autarcie. Il reste néanmoins dépendant de la ville et ne propose que très peu d'activités. La maison de l'enfance est la première structure commune à ouvrir ses portes en 1923, celle-ci contient une crèche, un service de dortoir et une école ménagère. Le deuxième équipement public est la maison Commune. Cette structure gère les bains-douches, et les équipements culturels comme la bibliothèque. Le chemin vert est également équipé de deux supérettes et d'une église. Les écoles sont, faute de place disponible, construites dans une autre rue à proximité du quartier. La cité est un quartier de la ville, il n'y a donc pas de transport particulier pour la regagner.

Depuis 1930 la cité a connu quelques modifications: les jardins ouvriers se sont transformés en jardins d'agrément. Une école maternelle a été construite dans les années 70. Autour, se sont rajoutés d'autres bâtiments et des aires de jeux pour enfants. A la fin du 20ème siècle, la cité connait une campagne de réhabilitation: les menuiseries d'origine sont remplacées par d'autres en PVC et les bâtiments sont isolés par l'extérieur. Par ailleurs les logements à l'intérieur ont connu des modifications. Certains appartements ont été rassemblés et des salles d'eau ont été installées. L'église du Chemin vert a connu plusieurs restaurations depuis 1999.

Aujourd'hui la cité jardin du Chemin vert est toujours habitée. L'église Saint-Nicaise (classée monument historique en 2002) est un lieu qui attise la curiosité des touristes de la région. Ces deux éléments sont candidats au patrimoine mondial de l'Unesco.

Cette cité jardin ne répond pas aux critères de ville à la campagne dans la mesure où elle se situe dans la ville de Reims et n'est pas excentrée. Cependant la cité jardin du Chemin vert répond à certaines idées de Geddes et Howard. Elle contient en effet de grands jardins où il est possible de faire pousser des légumes et le vis à vis est limité par un espacement des façades de 25 mètres. Comme Geddes et Howard, J-M. Auburtin veut améliorer les conditions de vie des habitants en leur donnant notamment accès à l'eau courante et aux égouts.

commentaires

Haut de page