Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'évocation du mur

par Pauline Lenglez - Marie Patino - Licia Mazzoti 7 Novembre 2014, 15:41

L'évocation du mur

Comment le mur est évoqué ?

Le mur de Berlin a été construit en 1961, suite à la séparation de la ville de Berlin de la RDA et la RFA en 1949. Ce dernier a été abattu après le 9 Novembre 1989, grâce à la pression populaire. Certains artistes ont décidé d’évoquer le mur à travers certaines formes d’art pour garder une trace du passé. Pour cela chaque artiste offre une certaine interprétation, son ressenti face au mur. Nous allons donc répondre à cette question à l’aide d’œuvres in situ qui nous baignent dans le passé.

Vanished Berlin Wall

Cette représentation du mur a été créée en 2007 par Lee Eun-sook, lors de ses années à Berlin. Il était situé en face de la porte de Brandebourg, comme nous pouvons le voir sur la photographie. Le mur est légèrement moins haut (de 10 centimètres) que le mur original ce qui nous permet d’avoir un sentiment de retour dans le passé de part sa taille, il fait donc 3.5 mètres de haut, 22 mètres de longueur, et n’est constitué que de lumières. Cette artiste a travaillé sur une réhabilitation en couleur de cette œuvre.

Nous pouvons dire que le mur est évoqué de part sa forme qui est semblable à l’original, et il est également positionné au même emplacement que le véritable mur. Nous pouvons voir la séparation que signifie le mur, car comme l’ancien, nous ne pouvons pas voir à travers ni au dessus car si l’on se positionne juste en face de celui-ci, un sentiment d’infériorité nous envahit, ainsi qu’une impression d’enfermement et de contrainte. Nous pouvons aussi dire que l’amas de couleur présent nous évoque toutes les émotions, les événements, drames qui se sont produits durant toutes ces années, et nous pouvons souligner le fait qu’elle a certainement voulu adoucir cela grâce à des couleurs qui sont plutôt vives et joyeuses. Face à ce mur nous nous retrouvons également en pleine fascination car l’ensemble de ce mur est captivant, en particulier de nuit, car il a tendance à éclairer une grande partie de l’espace ou il se trouve.

Sinkende Mauer :

En 1997, douze ans après la destruction de l’officiel mur de Berlin, l’architecte Christophe Girot reçoit comme commande de construire une représentation du mur de Berlin dans un des parcs dévolus au mur. Cette représentation du mur est une construction en granit qui offre un nouvel angle d’attaque pour se rappeler le passé. Il nous permet de nous rendre compte de sa violence grâce à l’architecture rude proposée. Cependant, cette œuvre est une vue du mur qui peut être dite zoomée, car en effet, lorsque que l’on prend en compte ses dimensions, de hauteur surtout, on s’aperçoit que le mur « coulé » mesure environ 7 mètre, à son apogée.

En premier lieu on peut voir que la représentation peut être interpréter pas une descente aux enfers. En effet, voir un monument si imposant qui s’effondre nous rappelle la souffrance endurée par les Allemands lors de la séparation. On peut également l’interpréter dans l’autre sens car il sort de l’eau, comme pour faire remonter tout les souvenirs ou drames qu’il y a eu lors du mur. Ce mouvement de sortir de terre ou de couler peut nous rappeler ce passé qui a été aux oubliettes lors de la réunification.

Ensuite, l’interprétation peut différer, en effet, on peut aussi voir ce monument de façon positive. Il peut s’agir du fait que le mur s’effondre, qu’il coule avec toutes ses idées noires. On pourrait interpréter ce mouvement que le bâtiment exprime comme si on assistait à une cérémonie d’enterrement dans laquelle on rend hommage à tout ce passé. Cependant cela ne veut pas dire que tout est oublier, car même si c’est enterré, cela reste ancré dans le sol de Berlin et l’on vit dessus.

L'évocation du mur

commentaires

Haut de page