Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Egon Schiele, "Femme aux cheveux noirs avec la jupe retroussée"

par AP 5 Février 2014, 09:07

Egon Schiele, "Femme aux cheveux noirs avec la jupe retroussée"

Egon Schiele.

Peintre et dessinateur autrichien né en 1890 et mort en 1918, Egon Schiele est originaire d'une famille modeste. Attiré par l'art, il exécute ses premières peintures en 1905 au coeur de la sécession. Dans sa jeunesse ses oeuvres se situant entre Eros et Thanatos, le montrent comme un homme à la vison sombre et torturée.

Schiele, un artiste en contradiction avec la sécession.

Si dans ses débuts il est influencé pas le mouvement sécessioniste, Egon Schiele marquera rapidement une rupture avec ce milieu.

"Femme aux cheveux noirs avec la jupe retroussée", Schiele

1917 (46 x 30,5 cm) Aquarelle et gouache, Musée Léopold, Vienne.

Dans le nouveau tournant qu'adopte son travail, Schiele donne une place importante au nu, qu'il représente de façon torturée et sombre. Dans ce tableau peint en 1911 l'artiste bouleverse les codes esthétiques de l'époque en montrant une femme fine, le sexe ouvert dans une position subjective. Si pour les artistes de la Sécession la représentation du corps féminin est idéalisée, le jeune peintre le montre défavorisé, tordu. Les choix que prend Schiele dans la représentation du modèle choque alors la société de l'époque profondément ancrée dans le catholicisme. Les traits du peintre sont fins et nets. L'absence de fond et d'ornements fait ressortir le personnage. A l'inverse chez les sécessionistes le décor prend le pas sur le sujet, ces derniers ayant "horreur du vide". Les couleurs sont dans des tons neutres: bruns, rose pâle, bleus foncés à l'opposé du doré et des couleurs vives du style sécession.

A travers ce tableau l'opposition au mouvement Sécession de Schiele est mise en avant. De par, la position peu conventionelle du modèle ainsi que par la rupture avec les codes du mouvement artistique majeur à Vienne au début du XXe siècle.

Apolline et Priya.

commentaires

Haut de page